Comment devenir riche sur Internet sans vraiment se fatiguer

gainsbourg-argent

« L’argent ne fait pas le bonheur » est un proverbe que je n’ai jamais compris, et que je ne comprendrais sûrement jamais. À l’image du vomitif « Tout vient à point à qui sait attendre », cet adage est avant tout destiné aux personnes vivant dans le déni le plus total de leur condition sociologique et/ou économique. Comme s’il fallait se faire une raison à vivre éternellement pauvre, c’est-à-dire vivre soumis aux factures EDF, à la fluctuation des prix du Sans Plomb 95 et, surtout, aux directives souvent indignes de ses supérieurs hiérarchiques. Non, vous n’avez pas à travailler gratuitement jusqu’à 23h un vendredi soir juste parce que votre boss l’a décidé.

A propos du sujet épineux de l’argent, Booba déclarait habillement :

L’argent, c’est la liberté. Sans argent on ne peut rien faire. Si on veut voyager, découvrir, se faire plaisir, il faut de l’argent. Si le Loto existe depuis si longtemps, ce n’est pas par hasard. L’argent, c’est juste un passeport pour faire ce qu’on veut.

Je vous arrête tout de suite : je ne suis pas riche, mais je pense sérieusement à le devenir – un peu comme vous.

À l’image des nombreux bouquins écrits par divers spécialistes sur divers domaines – développement personnel, stress, alimentation…-, les conseils qui suivent relèvent de la simple et pure théorie. Néanmoins, ces conseils ont le mérite d’être accessibles gratuitement ci-dessous, et ne sont pas vendus plus de 20 euros via des livres distribués par la FNAC ou les espaces culturels de LECLERC. Une première et excellente raison de les considérer avec attention.

Aussi, au-delà de la simple problématique du “devenir riche”, objectif que plus de 95% des personnes normales vivant sur cette planète souhaitent atteindre (ce qui, par conséquent, complexifie énormément la tâche puisque nos sociétés étant inégalitaires au possible, les plus riches le sont uniquement grâce aux plus pauvres), le second aspect de l’étude, “devenir riche sans vraiment se fatiguer”, pourrait paraître irréaliste, voire démagogique. Et Pourtant. Pourtant.

Un mot, un seul, nous permet de faire vivre cet espoir, voire de le transformer en réalité : INTERNET.

À la différence de nos aînés qui ont trimé dans les mines ou perforé leur cerveau à fixer durant des heures des tableaux Excel, nous possédons cet incroyable outil qui a révolutionné l’existence de l’être humain. INTERNET, c’est le lieu de tous les possibles, la place où se concentrent à la fois un nombre incroyable d’activités illégales et/ou immorales et tout le savoir humain.

LA BOURSE

bourse

Je ne vous apprends rien en déclarant que les gens les plus riches de notre planète sont, dans l’ordre croissant : les sportifs professionnels, les patrons de multinationales, et les traders de Wall Street. Oubliez le sport et le patronat – il est beaucoup trop tard pour vous y faire une place – et focalisez vous plutôt sur le trading. Certes, vous n’exercerez pas cette activité à Wall Street, mais bel et bien dans votre studio de 22m2 rongé par les mites et l’humidité.

Si le caractère glamour traditionnellement assimilé au trading (salle de marché, drogues, costard-cravate) manque donc à l’appel, sachez néanmoins que l’aspect lucratif de l’activité reste une réalité, les probabilités de faire croître votre compte en banque de manière exponentielle étant très sérieuses – et là repose évidemment l’essentiel.

Avant de vous lancer, sachez tout de même qu’au delà de relatives capacités intellectuelles, il vous sera nécessaire de posséder un minimum de capital de départ. Nous ne parlons pas ici de dizaines de milliers d’euros, mais plutôt de quelques centaines de billes, histoire de ne pas passer pour un rigolo lors de votre arrivée sur les marchés.

Le WSJ, votre nouveau réflexe quotidien
Le WSJ, votre nouveau réflexe quotidien

Il existe de nombreux témoignages de personnes ayant réussi à s’enrichir grâce au trading sur Internet. Parmi les multiples possibilités d’investissement, les options binaires constituent certainement le choix le plus simple pour se faire la main, surtout si vous ne comprenez pas grand chose aux marchés financiers. Le principe est simple : vous pariez soit sur la hausse (call), soit sur la baisse (put), d’un produit financier à très court terme (quelques minutes). Le forex est par exemple le marché des changes (devises) : vous pouvez parier sur la hausse ou la baisse d’une monnaie par rapport à une autre. Les gains et pertes potentiels sont ainsi connus à l’avance.

Pour maximiser vos chances de réussite, n’hésitez pas à suivre l’actualité économique internationale (WSJ, Les Echos) afin d’éviter toute pensée idiote, du genre “il faudrait peut-être que j’investisse dans un fonds d’investissement grec”. Autre conseil : passez vos ordres obligatoirement via un broker réglementé, c’est-à-dire reconnu par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers), comme Optionweb. Les arnaques sont effet nombreuses, la plus connue étant la mise en place par certaines plateformes de conditions de retrait d’argent impossibles à atteindre. En d’autres termes : évitez de jeter votre fric par la fenêtre en succombant aux sirènes des premiers escrocs venus.

Enfin, sachez que le trading est une activité qui nécessite énormément de patience et de retenue. Les personnes qui se sont endettées auprès d’établissements financiers ou de leurs voisins sont nettement plus nombreuses que celles qui roulent en Lamborghini grâce à quelques placements financiers opportuns. L’appât du gain en a perdu plus d’un, sachez donc faire preuve de tranquillité quand la situation l’exige – ne tentez jamais des placements insensés parce que votre flair vous y pousse. D’une manière générale, prenez conscience que votre flair ne constitue jamais une bonne raison de réaliser des trucs.

LES PARIS SPORTIFS / LE POKER

poker-en-ligne

Les paris sportifs et le poker sont des manières de se faire du fric tout en s’amusant ; une raison déjà largement suffisante pour s’y intéresser.

Comme pour le trading, les paris sportifs et le poker sont des activités risquées, mais qui peuvent rapporter beaucoup. Par exemple, une personne qui parie 300 euros sur une victoire de Lorient à Saint-Étienne, un match nul entre Paris et Lens et entre Montpellier et Lyon se verra empocher la coquette somme de 35 100 euros. Évidemment, la probabilité de voir Lens faire match nul à Paris est extrêmement faible, mais, en football, tout est possible.

Sachez aussi qu’il ne sert à rien de miser sur des résultats dits “faciles” – du genre le Barça va écraser Saragosse en Coupe du Roi -, les côtes étant vraiment trop faibles pour espérer s’enrichir de la sorte. Surtout, le sport étant une discipline où la logique n’a pas toujours sa place, la stratégie consistant à accumuler une multitude de côtes faibles dans l’espoir d’obtenir, au final, un gain important est à bannir : sur tous les matchs “faciles” sur lesquels vous avez pariés, il y en aura forcément un où la logique sportive ne sera pas respectée. En bref, limiter les risques en misant sur une multitude de résultats fort probables constitue en réalité un risque inintéressant, puisque peu rémunéré. Une stratégie plus intéressante serait de réaliser chaque week-end plusieurs lots de paris, certains risqués mais potentiellement rémunérateurs, d’autres plus sûrs, histoire de limiter la casse.

Concernant le poker, la logique est similaire. On a tous déjà entendu des histoires sur des mecs gagnant leur vie en jouant H24 au poker sur Internet. Sans atteindre de tels niveaux de pratique, vous pouvez vous aussi vous faire une place dans le game, notamment en profitant des bonus d’entrée assez intéressants proposés par la plupart des sites de poker. Profitez-en pour vous faire la main tranquillement en enchaînant les petites parties et expérimentant des stratégies – comme la fameuse stratégie du Petit Tapis. Vous prendrez alors peut-être conscience que le poker n’est pas qu’un sport réservé aux surdoués ou aux autistes, preuves en sont les sacrés performances de Patrick Bruel, alias P14B, dans cette discipline.

L’ESCROQUERIE

escroquerie-sur-internet

Internet a offert aux escrocs du monde entier les moyens d’agir en toute impunité. Trafic de drogues, usurpation d’identité, chantage, phishing, fausses ventes … les possibilités sont pratiquement infinies pour abuser de la naïveté de votre victime, généralement âgée ou dépressive.

Parmi les nombreuses escroqueries permises par Internet, le phishing apparaît comme la meilleure pratique en terme de rapport gains potentiels/travail à fournir. Oubliez l’usurpation d’identité ou le trafic de drogues, beaucoup trop laborieux à mettre en œuvre. Loin des idées reçues et véhiculées par les médias, le phishing n’est en rien une pratique réservée aux hackeurs et autres génies de l’informatique, puisqu’il ne consiste qu’à soutirer des informations confidentielles (numéros de carte bancaire, RIB, etc.) en vous faisant passer pour un créancier (banque, EDF, FAI…). Ainsi, il vous suffit  d’imiter le style d’un email d’une banque par exemple, puis de croiser les doigts pour que votre victime morde à l’hameçon et vous fournisse docilement son numéro de CB – que vous pourrez alors revendre à un site russe ou bulgare qui, par la suite, le revendra à d’autres personnes mal attentionnées. Ce n’est pas pour rien que le phishing fut une pratique particulièrement en vogue au début des années 2000. Le cercle vertueux de l’économie s’applique aussi à l’économie parallèle.

Autre forme d’escroquerie particulièrement populaire, notamment en Afrique, celle des sites de rencontre. Le reportage d’Envoyé Spécial qui suit en explique les rouages. Vous pouvez donc vous en inspirer :

https://www.youtube.com/watch?v=WBw1OW2BGiI

Comme vous devez vous en douter, l’escroquerie est un type d’activité qui doit être pratiqué avec une immense précaution, sous peine de lourdes sanctions judiciaires. Plus particulièrement, sur Internet, l’enjeu repose sur votre capacité à dissimuler votre identité puisque l’époque où le Net était synonyme de jungle totalement dérégulée est désormais bien lointaine. Aujourd’hui, la grande majorité de vos faits et gestes numériques sont enregistrés par votre FAI et les sites/services que vous utilisez. En l’occurrence, quand il s’agit de pratiquer une quelconque escroquerie sur Internet, mieux vaut préparer le terrain avant de passer à l’acte afin d’éviter toute future interpellation. Des logiciels facilement accessibles comme Tor permettent d’assurer à votre activité un minimum d’anonymat. Vous pouvez aller encore plus loin en utilisant un VPN (Virtual Private Network) moyennant quelques euros par mois : il vous permettra d’utiliser une adresse IP différente de la vôtre, complexifiant ainsi le travail des enquêteurs qui sont sur votre dos.

LE WAREZ

warez

Le Warez est le nom donné aux différentes pratiques de téléchargement illégal (films, musiques, livres, magazines, logiciels informatiques…). C’était un terme particulièrement populaire aux débuts des années 2000, à l’époque des Kazaa et autres eMule. Le Warez reste néanmoins toujours d’actualité, puisqu’il suffit par exemple de taper le nom d’un film sur Google suivi de “dvdrip” ou “vostfr” pour tomber sur des dizaines de sites proposant ledit film en téléchargement ou streaming.

Si cela fait donc plus de 15 ans que des œuvres “culturelles” sont piratées puis diffusées sur la toile – faisant perdre au passage quelques millions d’euros aux ayants-droit -, aucun cadre législatif digne de ce nom n’est venu contrecarrer les agissements des personnes partageant des mkv ou des flac sur des sites comme Rapidshare ou Uploaded. En France, la fameuse loi Hadopi est un sacré échec. La porte vous est donc grande ouverte.

La manière la plus simple de se faire énormément d’argent grâce au téléchargement illégal est de créer ce que l’on appelle une board. Une board est un type de site sur lequel figure des liens pointant vers les fichiers recherchés – une sorte d’annuaire de fichiers piratés. Ainsi, rien n’est directement stocké sur les serveurs de la board, ce qui rend sa mise en œuvre extrêmement simple, puisque la tâche de l’administrateur (en l’occurrence, vous) ne se résume qu’à récupérer des liens puis à les partager. Le but étant évidemment de se faire de l’argent, il suffit d’infester la board de publicités pour s’assurer des revenus fréquents et confortables. La seule réelle contrainte ne repose finalement qu’en la nécessité de publier quotidiennement de nouveaux liens, afin d’attirer toujours plus d’internautes – et donc de voir vos revenus publicitaires augmenter.

Comme pour l’escroquerie, il est impératif de sécuriser ses arrières pour éviter de passer par la case prison – VPN, comptes bancaires offshores. De nombreux petits malins se sont déjà fait prendre à ce jeu dangereux. Récemment, un homme de 28 ans, habitant Rochefort, a été condamné à six mois de prison avec sursis et à verser plus de deux millions d’euros de dommages et intérêts à des studios américains pour avoir tenu une board qui comptabilisait près de 3 millions de téléchargements.

LE PORNO

pornographie

La pornographie apparaît comme l’un des secteurs économiques les plus concernés et impactés par l’avènement d’Internet. Le sexe étant l’un des sujets les plus tabous de nos sociétés, principalement à cause d’obscures dogmes religieux qui sévissent depuis des siècles, jamais un être humain normalement constitué n’avait pu jusqu’alors assouvir comme il se doit ses pulsions sexuelles, surtout quand celles-ci sont considérées comme « déviantes » par la grande majorité de ses pairs. Mais Internet a changé la donne.

Le sexe est un marché qui, à l’image de l’agro-alimentaire ou de la santé, ne connaîtra jamais la crise. Et pour preuve : selon diverses études, le site pornographique YouPorn réalisait en 2012 plus de 100 millions de pages vues par jour, tandis que XVidéos, le leader du secteur, avançait un chiffre de 350 millions de visiteurs uniques par mois. Des personnes se font donc ÉNORMÉMENT d’argent en diffusant des vidéos d’autres personnes faisant “l’amour”.

Être en capacité d’assumer son activité devant ses proches fait partie des prérequis à l’exercice d’une activité directement liée à la pornographie – en plus de posséder une ou deux caméras. Aussi, votre réussite passera inévitablement par votre aptitude à dégoter des acteurs amateurs pas chers et compétents car, ne l’oubliez jamais, ce sont eux qui représentent le moteur de votre business. Sur Internet, vous pouvez facilement trouver des personnes souhaitant tourner dans des films X gratuitement (surtout des hommes, en fait). Dans le pire des cas, vous pouvez faire partie du casting, même si cela reste, évidemment, une possibilité de dernier recours.

La concurrence étant rude, n’hésitez pas à vous positionner sur des segments particuliers, voire « bizarres », actuellement désertés par l’industrie française. Une fois les films réalisés et montés, il ne vous reste plus qu’à faire fructifier vos travaux, en vendant vos vidéos via un portail web.

Autre possibilité : lancer un site concurrent à YouPorn. Si les gains générées grâce à la publicité peuvent être particulièrement conséquents, la tâche sera néanmoins difficile à accomplir, les géants du secteur disposant de moyens techniques et financiers rendant difficile l’entrée d’un nouvel acteur. Je vous laisse donc vous démerder avec ça, et c’est déjà pas mal.

2 Comments

  1. Frederic H

    16 juin 2015 18 h 37 min, Répondre

    Bonsoir et merci pour votre partage … alors comme ça a vu de nez ça donne envie c’est sur, mais c’est pas un peu « utopique » comme façon de faire ?

Leave a comment

(*) Required, Your email will not be published