Noël 2014 : ces cadeaux à n’offrir sous aucun prétexte

Bon ben, euh, voilà : c’est déjà Noël. Ses sapins. Ses guirlandes. Son papa Noël. Sa petite crèche dans le hall de la mairie de Béziers.

Comme à son habitude, votre mairie a décidé de décorer les rues du quartier avec des guirlandes et autres étoiles clignotantes ; oui, oui, on sait, on sait. Comme à son habitude, M6 a jugé nécessaire de commander, produire et diffuser un énième numéro de Capital ayant pour thème « le business des fêtes de fin d’année » ; oui, oui, on sait, on sait. Et, comme chaque année depuis … – depuis quand déjà ? –, vous ne savez pas quoi offrir à vos proches adorés, malgré une offre de produits plus pléthorique que jamais ; oui, oui, ça aussi, on connaît.

Parce que Noël est avant tout la fête ultime de la consommation et de la victoire du capitalisme mondialisé – des petits asiatiques fabriquent les produits que vous déposez au pied du sapin, vous le méchant occidental qui mangez bio et triez vos déchets –, voici un petit guide pratique des cadeaux que rien, absolument rien, ne peut venir justifier.

 

1 – Une montre connectée

montre-connectee

La promesse : « En pratique, une « SmartWatch » s’utilise comme une extension de votre Smartphone, lorsque vous ne pouvez ou ne souhaitez pas l’utiliser. Vous pouvez discrètement consulter vos messages, emails, mais aussi vos comptes Twitter, Facebook, votre calendrier, ou encore votre historique d’appels. Une légère vibration signale chaque nouvelle notification. »

La réalité : Les objets connectés, et plus précisément les montres connectées, sont incontestablement le cadeau tendance de ce Noël 2014 ; une raison déjà suffisante pour fuir ce genre de produits comme la peste. OK, le smartphone fut une invention qui a changé en profondeur le quotidien de l’être humain ; une révolution. Mais la montre connectée ? Totalement dépendante du téléphone avec lequel elle se synchronise, son intérêt ne repose qu’en la duplication des informations de votre téléphone dans le but d’éviter de le sortir de votre poche – une contrainte inacceptable en 2014. De plus, n’oubliez pas que la « SmartWatch » est tellement intelligente que vous allez devoir la recharger toutes les nuits, au même titre que votre téléphone, puisque son autonomie est elle-aussi misérable.

Verdict : Des tarifs excessifs – jusqu’à 400 euros pour les montres 4G –, des designs ignobles : l’avenir de la montre connectée est sombre, très sombre, et il y a de fortes chances que ce produit connaisse les mêmes déboires que la Dreamcast ou Windows Mobile. Cependant, si votre besoin en montre connectée est vraiment insoutenable, attendez au moins la sortie de l’iWatch d’Apple dans le courant de l’année prochaine : celle-ci vous servira au moins à bomber le torse en attendant votre Whisky-Coca au bar du VIP Room – une possibilité difficilement imaginable avec une LG G Watch.

 

2 – Une liseuse

kobo-by-fnac

La promesse : « Une expérience de lecture tout en élégance ; Lisez avec l’éclairage parfait ; Un confort de lecture inégalé ; Des millions de livres au bout des doigts »

La réalité : Bien que l’être humain ait lu des livres papiers durant des siècles et des siècles, les professionnels du secteur semblent avoir la dent dure contre ce format qu’ils qualifient de vulgaire, contraignant, voire anachronique. Le commerce étant ce qu’il est, l’industrie du livre a jugé bon de renouveler l’offre afin de vous faire passer à la caisse, encore et toujours. Mais n’oubliez jamais qu’un livre est bien plus qu’un ensemble de mots : un livre est à la fois le plus beau et le plus utile des objets, celui où reposent la connaissance, l’imaginaire et, finalement, la liberté. En étant entièrement dépendant de l’outil (la liseuse), le livre ne devient qu’un vulgaire produit soumis aux règles de l’obsolescence programmée, des formats propriétaires et de la technique.

Verdict : Rien ne remplacera la beauté purement visuelle d’une bibliothèque, l’odeur évocatrice d’un livre qui a voyagé, ou encore les grains de sable de la plage de Biarritz (où vous avez passé votre été, en 1999) coincés entre les pages 102 et 103 de votre coup de cœur de l’époque, Harry Potter à l’école des sorciers, acheté à la superette du camping. Le livre numérique, c’est le mal. N’en achetez jamais, un point c’est tout, et offrez un livre papier acheté chez un libraire passionné, et dans lequel vous pouvez écrire un petit mot agréable.

 

3 – Une machine à café espresso

nespresso-dujardin-clooney

La promesse : « Ajoutez du luxe à votre pause café ! Offrez-vous une cafetière Nespresso ! »

La réalité : La machine à café espresso a tout, absolument tout, du cadeau idéal : un cadeau sans risque, un cadeau utile, un cadeau tendance. Malheureusement, la réalité est tout autre : la machine à café espresso est le cadeau le plus pervers qui soit. À l’image de l’imprimante et ses cartouches, ou du rasoir et ses lames, la machine à café espresso n’est que le produit d’appel pour vous faire acheter, à des tarifs indignes, ses fameuses petites capsules de café. Sachez que le prix au kilo du café vendu par les Nespresso et autres Dolce Gusto est 2 fois, voire 3 fois, plus cher que les meilleurs arabicas d’Amérique du Sud proposés par les torréfacteurs de quartier (lire cet article sur le sujet). Surtout que l’origine du café contenu dans ces capsules n’est pas des plus claires.

Verdict : Ne jamais offrir une machine à café espresso à une personne issue de la classe moyenne (le café, trop cher, ne peut devenir un centre de dépenses aussi important que « L’Hygiène » ou « Les Week-Ends » du foyer) ou à un écologiste, qui ne pourra s’empêcher une remarque du genre « ah, tiens, maintenant, je pollue même en buvant du café, enfin, même en buvant un Ristretto ; ça va pas être simple de diminuer nos quantités de déchets » – et il aura bien raison. Enfin, quitte à vous faire plumer, ne lésinez pas sur les moyens et achetez une Senseo, machine produisant un vulgaire café filtre et non un espresso (pression de 1,5 bars, alors qu’un espresso n’est espresso que si la pression est d’au-minimum 10 bars).

 

4 – Une laisse pour Fripon, le chat de Mamie

laisse-pour-chats

La promesse : « Un accessoire très pratique ! Il permet non seulement de répartir la traction sur le corps de l’animal, mais en plus il évite à votre chat de s’étrangler quand il est en laisse ou lorsqu’il grimpe aux arbres. Idéal pour les promenades en solitaire ou les balades avec le maître »

La réalité : La loi implacable du marché étant sans limite, la laisse pour chat est devenue un accessoire vendu dans la vraie vie – celle où vous achetez votre pain et vos bières, notamment. Est-il réellement nécessaire de préciser que l’acte indigne que représente l’achat d’une laisse pour chat ne mérite que mépris ou colère ?

Verdict : Ce genre d’objets devrait être interdit à la vente.

 

5 – Un vêtement à l’effigie d’un grand nom de la Littérature

tee-shirt-jean-jacques-rousseau

La promesse : Passer pour un intello OU Passer pour un rigolo OU Passer pour un branché OU Les trois propositions à la fois.

La réalité : Étonnant est ce phénomène qui consiste à s’afficher avec la gueule de Jean-Paul Sartre (version pop-art of course) imprimée sur son t-shirt ou, pire, sur son tote bag – si tant est qu’on en possède un, évidemment. Complexe d’infériorité caractérisé par un besoin irrationnel d’exposer à ses semblables sa supposée culture, évidemment inexistante ? Volonté de tourner en dérision les pensées et l’image d’intellectuels ? Difficile à dire. Seule certitude : un t-shirt Voltaire est autant ridicule qu’un t-shirt Eleven Paris x Lenny Kravitz vendu aux alentours de 40€.

Verdict : Offrez plutôt les livres écrits par ces figures des siècles passés, ça rendra peut-être votre proche plus intelligent et moins superficiel, comme pourrait le dire un candidat de Secret Story.

Leave a comment

(*) Required, Your email will not be published